Vous êtes ici

Praxéologie et poïétique

TitrePraxéologie et poïétique
Publication TypeBook
Année1994
AuthorsArdoino, J
PublisherCongrès AFIRSE, mai
Mots-clésconformité, création, élaboration, Poïesis, Praxéologie, Praxis, procédure, processus, résultat, stratégie
URLhttp://jacques.ardoino.perso.sfr.fr/TextesThematique.htm
Full Text
  • “…l’homme se fait toujours plus ou moins à travers ce qu’il fait ; autrement dit qu’il se travaille aussi en travaillant. Le sujet y tendra alors toujours ainsi, plus ou moins, vers une posture d’auteur. C’est cette capacité d’autorisation, en tant que création progressive et continuée de soi, d’origine autant sociale que personnelle à travers le jeu des altérations, constituée aussi bien d’intentionnalités conscientes que de perlaborations inconscientes, qui nous semble la plus représentative d’une praxis éducative, en tant que celle-ci, pour se vouloir également créatrice, se distingue effectivement de la complaisance à la conformité, donc de la tendance à la reproduction, caractérisant des pratiques sociales artificielles à force de ne se vouloir que professionnelles, stratégiques et techniques." (Ardoino J. 2005 p 8)

 

Notes

  • 3A d'Ardoino : Agent-Acteur-Auteur
  • Autorisation : s'autoriser à transgresser
  • Négatricité : s'autoriser à dire non
  • Perlaboration : mécanisme par lequel un sujet parvient à surmonter la résistance qu'éveille en lui l'interprétation de ses conflits.

Citation

  • "Dans le domaine de l’éducation, c’est justement cet ancrage anthropologique, culturel, par conséquent historique, impliquant des “ visions du monde ” et des valeurs, qui constituera l’origine et la ressource d’une praxis non entièrement asservie à une poïesis autonomisée. Il convient donc de reconnaître et de revendiquer cet enracinement, au lieu de vouloir lui substituer des modèles techniques rationnels et abstraits. Le fabriquer-faire, poïétique, économique, celui d’une production instrumentée et technique, de la mise en oeuvre d’une force de travail, fait place alors, ici, au se faire soi même (accomplissement plus que production), à la notion d’un travail sur soi, à la première personne du singulier ou du pluriel (“ je ” ou “ nous ”), au sens ou J-P. Sartre pouvait dire, dans la Critique de la raison dialectique, que l’homme se fait toujours plus ou moins à travers ce qu’il fait ; autrement dit qu’il se travaille aussi en travaillant. Le sujet y tendra alors toujours ainsi, plus ou moins, vers une posture d’auteur. C’est cette capacité d’autorisation, en tant que création progressive et continuée de soi, d’origine autant sociale que personnelle à travers le jeu des altérations, constituée aussi bien d’intentionnalités conscientes que de perlaborations inconscientes, qui nous semble la plus représentative d’une praxis éducative, en tant que celle-ci, pour se vouloir également créatrice, se distingue effectivement de la complaisance à la conformité, donc de la tendance à la reproduction, caractérisant des pratiques sociales artificielles à force de ne se vouloir que professionnelles, stratégiques et techniques." (Ardoino J. 2005 p 8)

 

Partager…