• Table des matières : voir toutes les RESSOURCES [ Publications et Articles ]


D - Diagnostic & Boucles causales

Pourquoi en France le règne de l'expertise et des contrôles nommés les cathédrales évaluatives externe aux sujets par contrôle de la mesure (notes & résultats) et de la gestion (protocoles & procédures) priment et font le déni de l’évaluation située performative (processus) propre à tous les sujets puisque la performance et l’efficience sont ses caractéristiques ? Par ce faîte, c'est la négation du principe des boucles causales et de la récursivité entre (Sujet/Social) mise à jour par la théorie de la relativité, la théorie Quantique relayées dans la pensée complexe. Pour ces théories, la probabilité estimative (incertitude d'Heisenberg) des résultats ou effets remplace la certitude cause-effet linéaire du déterminisme mécaniste newtonien.

 

  • Les hôpitaux magnétiques (Brunelle 2009 - Dupagne 2012), les entreprises libérées  (Getz 2012 & 2013), la méthode Agile  (Barrand 2006 & 2010), l’organisation holacratie (Robertson 2016), pour ne citer qu’eux, ont bien compris ces enjeux et cette articulation paradoxale. Ce qui prime ou est princeps c’est avant tout de développer l’évaluation située "performative" ainsi que l’auto-régulation des acteurs. Faire la promotion des processus de l'auto-évaluation et de l'auto-régulation impliquant l'auto-questionnement et l’auto-contrôle est bien plus porteur et dynamique. Ils escamotent la dictature des seuls contrôles de la mesure et de la gestion provocateurs d'aliénations et de paralysies, au profit de l'auto-organisation et l'auto-création dans un cadre éthique précis.
        
  • Cette articulation entre (Social institué / Sujets s’instituant) est des plus impertinente ou iconoclaste. Certains Maîtres sont là pour nous le rappeler régulièrement : “L’un n’est pas l’autre, la causalité est linéaire”. Notre hypothèse est différente : l’un, la cause, influence et impacte l’autre, les effets et inversement, ils interagissent l'un sur l'autre*. Il y aurait une causalité mutuelle et circulaire et une récursivité créant des boucles d'effets. Les exemples cités ci-dessus le prouvent par l'expérience sous des formes organisationnelles et politiques différentes où social et sujet s'auto-engendrent et s'auto-organisent. Alors quel est notre rôle ? Ce serait celui de remuer notre machine à penser de nos habitus neurocognitivistes linéaires, celui de remuer nos méninges pour que demain devienne tout autre. L’ETP, Education Thérapeutique du Patient élaboré depuis les années 2010, tente ce tour de force institutionnel.
    • * Ce concept d'une causalité circulaire par boucles récursives est développé dans la pensée complexe (Morin 2005) cf. page suivante + infos…