• Table des matières : voir toutes les RESSOURCES [ Publications et Articles ]


C - Émotion & Intelligence

 

C1 - Émotion, conjugué au pluriel

  • Depuis Freud, les affects ou émotions ont fait du chemin. Elles s’expriment via trois grands axes. Il y a ainsi l’émotion élaborée par la pulsion du sujet, l’émotion élaborée par mimétisme socioculturel et l’émotion résultante de nos entraves d’action (Agir/Penser) élaborant les inhibitions et les RPS (Risques Psycho-Sociaux)
    • L’émotion propre du sujet de la psychanalyse
    • L’émotion partagée emphatique comme acquis social via les neurones miroirs
    • L’émotion due à une action motrice entravée

C2 - Émotion & Intelligence

  • L’intelligence, ou capacité de comprendre, n’est telle que rationnelle ? Depuis, de l’eau à couler sous le pont de l’angoisse. Les travaux de 1983 de Howard Gardner, professeur de psychologie cognitive à Harvard, découpe en huit formes différentes l’intelligence. Dans les années 1990, les travaux de Salovey et Mayer s’axent sur l’intelligence émotionnelle ou intelligence du cœur (IE et son QE). Le livre “l’intelligence émotionnelle” de Daniel Goleman en 1999 vulgarise ce concept de recherche. L’intelligence n’est plus uniquement rationnelle mesurable par son Qi et dû à la seule activité mentale (cognitivisme).
     
  • L’émotion de la psyché, comme indicateur et pont entre (Corps/Esprit) à sa propre intelligence. Elle protège le sujet de ses surcharges énergétiques, elle lui permet d’ajuster ses conduites, de chercher sa solution. Et pour les milieux du soin et de la psychanalyse, elle permet d’élucider ce qui se joue et les enjeux qui entravent et enclavent le sujet en relation au social. L’intuition est une des formes de réponse non rationnelle de cette intelligence émotionnelle.

 

C3 - Intelligences & Savoirs

  • Dans tous les travaux se dégagent trois grands axes d’intelligences et des savoirs concomitants. Chacune de ces intelligences met en scène des connaissances différentes, l’une axée sur le faire ou l’agir, l’autre axée sur le penser et la troisième axée sur le sujet qui s’émeut. A constater que sans ce dernier de l’émouvoir, l’énergie indispensable aux deux autres diminue, voire disparaît (état dépressif). C’est la disparition du désir moteur.
    • l’intelligence pragmatique des savoirs du corps ou savoirs incarnés pratiques
    • l’intelligence émotionnelle des savoirs de la psyché ou savoirs émotionnels
    • l’intelligence rationnelle des savoirs de l’esprit ou savoirs théoriques

C4 - Résumé

Ces pôles d’intelligences et de savoir conscient et inconscient s’articulent par une quatrième forme d’intelligence. L’intelligence de l’action efficace ou praxéologique des savoirs formels sous formes de code, de dispositifs, de règles… les fabriqués ou construits. Si l’un de ces trois pôles d’intelligences est ignoré, ces construits des hommes ont de forte chance de devenir bancales, de déshumaniser l’agir, le penser et l’émouvoir des sujets œuvrant dans les institutions et entreprises. Le désir s’éteint.