Vous êtes ici

addiction

Addiction n°0 : Dépendances

L’addiction est un phénomène d’emprise du sujet soit à un objet substitutif, soit à des occupations répétitives. La pulsion mortifère de l’emprise ne nous dit rien sur ce qui se joue, elle témoigne seulement de la présence du phénomène de liaison du sujet aux objets et/ou aux activités investies : la dépendance (lier), l’interdépendance (allier) et l’indépendance (délier).

Addiction n°1 : Conduites d’échec

Proposer une connexion entre les conduites d’échec et l’addiction peut paraître des plus paradoxale. En regardant de plus près, le sujet qui se place systématiquement en situation d’échec et mat ne fait que réitérer un déterministes d’un toujours plus de la même chose. Ce serait le prix à payer par le sujet culpabilisant en répétant inlassablement les mêmes scénarios de vie sans en créer de nouveaux. Scénario où la dimension masochiste de l’échec permet au sujet victimaire de trouver son plaisir : son malheur se transformerait en bonheur.

Addiction n°2 : Substances

Dans cet article nous ne parlerons pas des addictions contemporaines comme les dépendances des écrans développant des troubles autistiques chez le petit enfant, les dépendances aux réseaux sociaux des adolescents en mal d’être, les accros aux smartphones et à ses notifications des adulescents, le cordon ombilical d’internet qui évite l’implication à l’autre, les médicaments psychotropes pour ne plus s’émouvoir, les jeux d’argent sans fin, la malbouffe généralisé et surtout le sexe de l’ado à l’adulte… Toutes ces dépendances délétères provoquent elles aussi des aliénations typiques d’une addiction de sujet en mal d’être.

Addiction n°3 : Violences… c'est pour ton bien

La source de la violence, qu’elle soit destructrice contre soi-même (addictions) ou qu’elle soit agressive vers les autres, pour Alice Miller, cette violence trouverait son origine dans notre prime enfance où nos affects seraient muselés, étranglés, interdits et voire même forclos (affect sans représentation). Nous aurions deux cheminements possibles. Ces cheminements dépendraient de l’oreille qui nous écoute, nous autorise, nous accompagne dans cette transformation des énergies psychiques socialement recevables.

C’est pour ton bien

Miller, A. (1980). C’est pour ton bien. Flammarion Champs essais. Consulté de http://webjonction.fr/article/node/547

Il fallait qu’ils se dégageassent de l’imbrication avec les parents pour définir les limites de leur propre personnalité.

 

Ce qu’un être peut subir comme injustice, humiliations, mauvais traitements et abus ne reste pas, contrairement à ce que l’on pense généralement, sans effet. Le drame est que l’effet des mauvais traitements se répercute sur de nouvelles victimes innocentes, même si la mémoire n’en est pas restée dans la conscience de la victime elle-même. […] Peut-on seulement parler de pardon, lorsque vous savez à peine ce que l’on vous a vraiment fait et pourquoi on vous la fait ? Or, enfants, nous avons tous étés dans cette situation. Nous ne pouvions pas savoir pourquoi on nous humiliait, on nous abandonnait, on nous menaçait, on se moquait de nous, on nous traitait comme un morceau de bois, on jouait avec nous comme avec des marionnettes, ou on nous battait jusqu’au sang, ou bien encore l’un et l’autre à tour de rôle. Pire : nous ne devions même pas nous apercevoir que tout cela nous arrivait parce qu’on nous présentait tous les mauvais traitements comme des mesures nécessaires pour notre bien. Même l’enfant le plus intelligent ne peut pas discerner un mensonge pareil quand il sort de la bouche de ses parents bien-aimée qui lui manifeste par ailleurs leur affection. Il est obligé de croire que le traitement qui lui est infligé est juste et bon pour lui, et il n’en tiendra pas rigueur à ses parents. Simplement, une fois adultes, il fera la même chose avec ses propres enfants, en voulant se prouver par la que ses parents ont bien agi envers lui. […] Pour que la colère, la rancœur et la haine ne se perpétuent pas éternellement, il faut que l’histoire des souffrances de la petite enfance soit entièrement dévoilée. Elles se changeront en deuil. […] Ce pardon ne peut pas s’obtenir par des prescriptions ni des commandements. […] Pouvoir exprimer des reproches contre ses propres parents (idéalisés) est une chance : cela permet d’accéder à la vérité de soi-même, permet le dégel de l’affectivité, le deuil et même, dans le meilleur des cas, la réconciliation. En tout cas cela fait partie du processus de guérison psychique.

Le Big Bang des addictions

Fisher, C. Erif. (2018). Le Big Bang des addictions. Cerveau & Psycho, 99.

De plus en plus de personnes ne peuvent plus se passer de sexe, des jeux d’argent, des réseaux sociaux… Des addictions qui ressemblent fort aux dépendances aux drogues. Comment les aider ?… Il est préférable de favoriser une approche flexible et global des traitements. Les individus accros à internet ou au sexe, mais dont les difficultés sont décuplées par une anxiété sociale ou une dépression, réclament beaucoup d’attention. Les patients ne peuvent pas être réduits à un circuit cérébral de la récompense piraté, et il n’existe à ce jour aucun diagnostic traitement unique et fiable de l’addiction.

Le grand fumeur et sa passion

Lesourne, O. (2008). Le grand fumeur et sa passion (1984ᵉ éd.). PUF.

La cigarette permet aussi de revivre l’accession à l’autonomie : se donner à soi-même du plaisir, c’est congédier l’autre, celui qui jusque-là en était le seul pourvoyeur. C’est signifier qu’on n’a pas besoin de lui. En fumant, on conjure la perte, le deuil : je te perds, toi cigarette ; objet, je te détruis mais je te retrouve ; je peux quand je veux recommencer. La cigarette-mère (abandonneuse, frustrante) est détruite et perdue mais aussitôt retrouvée sous forme de sa semblable, la cigarette-pénis est détruite, “castrée”, mais reparaît aussitôt intacte.

Partager…

Subscribe to addiction