|   Auteur   |   Changer & Apprendre   |   Changement & Vous   |   Dispositif pour changer   |   Témoignages   |   Diplômes   |   CV   |   Lieu   |   Agenda   |   Contact   |


• Changement - [ Conduire / Accompagner ]

Changement - conduire et ou accompagner

Le changement devient un crédo à la mode : « changer ou périr » ainsi est la devise de certaine personne comme de l’entreprise. Pour cela, ils désirent conduire ou reconduire le changement. Pouvons-nous conduire ou devons-nous accompagner le changement ?

 

1 - Tout change et pourtant…

  • Il est là, toujours présent à nos côtés : tous les jours à chaque seconde, rien ne reste à l’identique, tout bouge. Le changement est la dynamique même du vivant, son mouvement. Dans les entreprises, pourquoi le conduire puisqu’il est déjà là ?

 

2 - Trois types de changement existent. Duquel les entreprises parlent-elle ?

  • Changement évolutif
    Plus de la même chose autrement. A l’image du changement de place des meubles et de la déco d’une maison. Posture de la conduite du changement.
     
  • Changement symbolique ou hybride
    Autre façon de rendre intelligible pour s’orienter. Posture de  l’accompagnement du changement. En coach-RH et psychanalyse, correspond à l’espace de confiance de symbolisation constructeur de sens pour s’orienter par auto évaluation-régulation
       
  • Changement rupturiel
    Autre chose, autrement. A l’image d’un imprévu. Choc, causes inattendues… En psychanalyse, décrit comme une névrose post-traumatique à accompagner par une thérapie de soutien

 

3 - Le changement, se conduit-il ?

  • L’humain, tout comme les groupes, a la fâcheuse tendance à arrêter le changement. À vouloir rester « jeune »; à l’immortaliser comme une pierre sculptée à son image. Cette construction imaginaire de l’éternelle « jeunesse » d’un refus du changement touche tous les systèmes identitaires personnels comme organisationnels : phénomène de repli sur soi et de défense. Et pourtant autour de nous tout change, tout bouge… C’est ainsi que les termes de conduire ou de conduite du changement ont fait leur apparition pour contrer l’immobilisme, la cristallisation ou les mécanismes de défense. La conduite consiste à le diriger, à l’infléchir vers une direction voulue. Et pourtant, les baumes de « jeunesse » ont de beaux jours devant eux. Pouvons-nous réellement guider le changement sans faire de dégâts ?

 

4 - Le changement s’accompagne

  • Comme le changement est déjà là, le conduire est un terme inapproprié. C’est un pléonasme puisque le changement est un mouvement en soi. Ce mouvement pour l’humain et l’organisation s’appelle la connaissance. Nous pouvons tout au plus être dans sa dynamique en étant curieux et en s’offrant à lui : phénomène d’ouverture à ce qui est autre et de croissance de tous. Le changement questionne les entraves d’apprentissage par le sens et cela ne se fait jamais seul. Les entreprises dites apprenantes cultivent le changement comme une opportunité et non comme un obstacle. Bien plus qu’il ne se conduit ou reconduit, le changement s’accompagne.

 

5 - Changement-Non / Changement-Oui

  • Vouloir gérer la conduite du changement provoque souvent l’effet inverse, la sidération est proche. “Essayez de faire boire un âne qui n’a pas soif”. Les phénomènes de repli et de défense en sont la conséquence. Pour pouvoir accompagner le changement qui est déjà là, pour cela nous devons créer un espace de confiance et de dialogue. Ils permettent la construction de sens et ainsi l’apprentissage indispensable à toutes organisations apprenantes ou Agiles.

 

6 - Le changement, une opportunité…

  • Lorsque les normes et les protocoles primaient entre les gens de qualités de la Haute, lorsqu’ils reconduisaient quelqu’un, ce dernier était soit inférieur soit leur égal; et quand ils l’accompagnaient, ce dernier était leur supérieur, un grand. Si le changement est vu comme la GRANDE OCCASION de CROITRE et le principe même de l’existence, il s’accompagne, il ne se reconduit ou ne se conduit pas. Il est en soi un processus de deuil où il est nécessaire de rendre intelligible les pertes, faire le point sur les manques et réinvestir ce qui se gagnera.

 

Apprendre à vivre avec souplesse et accompagner le changement provoque une plus-value sans fin pour les organisations comme pour ses acteurs..